Une Ruche Tronc au Fort l’Écluse

Environ 1000 espèces d’abeilles ont été dénombrées en France et 600 en SuisseApis mellifera est la seule espèce en Europe à produire du miel. Cette « abeille à miel » vit sur notre planète depuis 6 à 9 millions d’années, elle a réussi à faire face et à s’adapter à divers problèmes (maladies, prédateurs, températures extrêmes, etc.) grâce à la sélection naturelle. Ce petit hyménoptère existait donc avant, durant et après les dinosaures. Il a survécu aux ères glaciaires, une adaptation extraordinaire ! Mais aujourd’hui, Apis mellifera peine à se préserver des ravages liés à la pollution environnementale et génétique (introduction de souches d’abeilles non-adaptées aux conditions locales), aux maladies, aux prédateurs ainsi qu’à la destruction de leurs habitats naturels. Or les abeilles et tous les pollinisateurs sont essentiels au maintien de la biodiversité.

En partenariat avec Pays de Gex Agglo, l’association Wild Bees Project œuvre pour la préservation des abeilles sauvages mellifères. Sur une des plus haute terrasse du Fort, un rucher très particulier a été installé en 2020. Évoluant dans un écosystème relativement préservé, il se veut être représentatif d’une apiculture durable avec un minimum d’interventions humaines et une récolte de miel limitée, utilisée surtout pour le nourrissage de ces mêmes colonies.

Le 24 avril 2021, l’association WBP a installé une ruche tronc vide, habitat proche de l’habitat naturel de l’abeille mellifère. Fabriquée à la main par Thierry Pochet, membre du WBP, avec le tronc d’un Pin (résineux). La ruche fait environ 28 cm de diamètre avec une épaisseur de bois de 10 cm (l’épaisseur d’une ruche conventionnelle est d’environ 1,5 cm) pour un volume de 35 litres (dans la nature, les nids d’abeilles ne dépassent pas les 40 litres et sont le plus souvent de forme arrondie). Grâce à cela, l’isolation est optimale, la chaleur est uniforme et sans « points froids » minimisant ainsi les risques de moisissures et le développement de maladies. Cette forme arrondie offre une telle isolation que les abeilles n’ont besoin que de 3 kilos de miel pour passer l’hiver contre 15 kilos dans une ruche conventionnelle ! Dans une ruche tronc, il n’y a pas de cadres. Les abeilles bâtissent elles-mêmes l’intérieur de la ruche en fonction de leurs besoins et elles savent très bien le faire ! Cette ruche tronc sera occupée, soit spontanément par un essaim, soit par l’ajout d’une colonie d’abeilles locales.

Thierry et la nouvelle ruche tronc
Le coeur de la ruche

Le saviez-vous?

Les pollinisateurs sont aujourd’hui victime du manque de ressources en plantes mellifères. Pour les aider, vous pouvez agir !

  • Semez des plantes mellifères locales et indigènes dans votre jardin ou sur vos balcons.
  • Ne tondez pas l’intégralité de votre gazon et laissez quelques zones monter en fleurs ou en friche. Ces zones offriront une nourriture indispensable aux pollinisateurs.
  • Il est essentiel de proscrire tous les produits toxiques, les produits phytosanitaires et engrais de synthèse. Préférez les solutions naturelles.
  • Préservez les haies et les bosquets qui apportent ombre, protection contre le vent, fraîcheur et humidité, refuge et nourriture.
  • Créez des points d’eau avec de simples écuelles ou la création d’une mare.
  • L’agriculture biologique est une source nourricière importante et de qualité pour les abeilles et pour vous.

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *